Laure Adler : "Dans sa dernière exposition, il a installé quatre grands écrans d'images du bonheur. Et puis, il a zébré ces images d'accidents, pour nous montrer que la réalité était toujours perforée, que le réel, on finissait toujours par s'y cogner."

par France Inter

Les commentaires sont désactivés pour cette page.