"Ce qu'on sait, c'est que l'impact du couvre-feu avancé à 18h qu'on a mesuré en janvier ne va pas perdurer de la même façon dans le temps", explique Vittoria Colizza, épidémiologiste

par franceinter

Les commentaires sont désactivés pour cette page.