Le Casse de Central Park - Extrait 4 : l'agent Denham interroge Shaw sur sa Ferrari

par Universal_Pictures_France  

 
Sortie : 23 Novembre 2011Quand les employés d’une résidence de luxe enbordure de Central Park découvrent que le milliardaireoccupant le penthouse n’est autre qu’un escroc qui les aspoliés de leur retraite, ils fomentent leur vengeance :un casse qui leur permettra de récupérer leur dû.Natif du Queens, Josh Kovaks (Ben Stiller)gère depuis plus de 10 ans un des gratte-ciels lesplus luxueux et sécurisés de New York, et rienn’ échappe jamais à son oeil de lynx. Au sommetde la copropriété, dans l’unité d’habitation la plussomptueuse, réside Arthur Shaw (Alan Alda), unmagnat de Wall Street qui se retrouve soudainassigné à résidence pour avoir usurpé 2 milliards dedollars à ses actionnaires. Parmi ceux qu’il a mis surla paille : les employés de la résidence dont il étaitcensé faire fructifier les fonds de retraite.Avec quelques jours seulement pour réparerl’injustice, Josh et ses compères se tournent vers Slide(Eddie Murphy), une fripouille à la petite semainequi va les aider à réaliser l’impossible : dérober lebutin précieusement gardé dans l’appartementhyper sécurisé de Shaw au nez et à la barbe del’équipe du FBI, sous les ordres de l’intraitable agentClaire Denham (Téa Leoni), qui surveille tous lesfaits et gestes du requin de Wall Street.Nos cambrioleurs improvisés, parmi eux Charlie,le concierge hyper nerveux (Casey Affleck) ;M. Fitzhugh, le courtier déchu (Matthew Broderick) ;Dev’Reaux, le liftier novice (Michael Peña) etOdessa, la femme de ménage belliqueuse (GaboureySibide), jouissent néanmoins d’un atout majeur : ilsconnaissent le bâtiment de fond en comble. Sansjamais s’ en être rendu compte, ils repèrent les lieuxdu crime depuis des années.
Cinéma avec Orange Cinéday
Brett Ratner
Brett Ratner
en savoir plus
Vidéos similaires
OUINON
lecture auto

autres vidéos Cinéma

Page 1
08:34

Reprise : un film, un distributeur

Reprise : un film, un distributeur
01:47

Papa was not a Rolling Stone

Dans les années 80, Stéphanie grandit à La Courneuve auprès d’une mère absente et d’un beau-père brutal. Très vite, elle décide de se sortir de son quotidien morose. Grâce à l’amour de sa grand-mère, à ses lectures, sa passion pour la danse et pour Jean-Jacques Goldman, elle se débat dans cette cité colorée où l’amitié est primordiale. Un jour, elle le sait, Stéphanie quittera la cité pour mener la vie dont elle a toujours rêvé. Le film raconte l'histoire de cet envol. Sortie dans les salles le 8 octobre 2014 Un film de Sylvie Ohayon Avec Doria Achour, Aure Atika, Marc Lavoine, Soumayé Bocoum, Sylvie Testud et Attica Guedj
02:59

Des jours et des vies du 25-07 |...

Retrouver ce contenu dans son intégralité sur pluzz.francetv.fr.Avec M. Carey, L. Koslow, J. Clarke, D. Hogestyn, F. Reid, L. Saunders, D. Anderson, F. FathBillie vient de s'entretenir avec Tony qui lui a avoué que Chelsea Benson était en fait Georgia. Elle donne rendez-vous à Bo au pub des Brady pour lui annoncer la grande nouvelle...http://www.france2.fr/serie-fiction/des-jours-et-des-vies
02:59

Amour, gloire et beauté du 25-07 |...

Retrouver ce contenu dans son intégralité sur pluzz.francetv.fr.Avec R. Moss, K. K. Lang, H. Tylo, S. Flannery, J. MacInnes Wood, K. MatulaBrooke tente de faire la paix avec Steffy. Hope ne veut pas couper le lien qui l'unit à son père, au grand dam de sa mère...http://www.france2.fr/emissions/amour-gloire-et-beaute
02:59

Falcon Beach du 25-07 | S01E15

Retrouver ce contenu dans son intégralité sur pluzz.francetv.fr.A chacun son destinAvec A. Hossack, T. Whittall, M. Kelly, S. Byers, E. Ellis, M. Elias, J. Kydd, D. WeigelDe B. CorcoranLes vacances touchent à leur fin et, peu à peu, le destin de chacun prend forme. Jason, dont la carrière professionnelle est incertaine, espère revoir Paige, qui part à Harvard. Ginny se bat pour récupérer sa maison, qui a été vendue par sa soeur à Trevor. Tanya, quant à elle, est de nouveau convoquée au poste de police...
01:10

New York Melody - Clip 2 "lost Stars...

"New York Melody" démarre alors que Gretta (Keira Knightley) et son petit ami Dave (Adam Levine) débarquent à New-York afin de vivre pleinement leur passion : la musique. Leur rêve se brisera et l'idylle volera en éclat lorsque, aveuglé par son succès, Dave va la plaquer pour une carrière solo et... une attachée de presse. Son billet de retour pour Londres en poche, Greta décide de passer une dernière nuit dans la ville américaine. Le cœur brisé, la jeune femme n'a d'autres solutions que de chanter dans des pubs. Un jour, un producteur en berne (Mark Ruffalo) entend sa voix et lui propose un contrat en or. Chacun sera la dernière chance de l'autre. Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons et qui pourrait donner naissance à une amitié amoureuse... Sortie en salle le 30 juillet 2014. Production américaine : The Weinstein Company. Distribution française : UGC Distribution.
00:38

Sin City : J'ai Tué Pour Elle -...

"Sin City : J'ai tué pour elle" raconte l'histoire de Dwight (Josh Brolin) qui veut se venger de la femme qui l'a trahi, Ava Lord (Eva Green), alors que Nancy (Jessica Alba) tente de se remettre du décès de John (Bruce Willis). Sortie en salle le 17 septembre 2014 Distribution : Metropolitan FilmExport.
02:37

Lucy (2014) - Trailer English Version

Directed by : Luc Besson Produced by : EuropaCorp Genre: Fiction French release: 06/08/2014 Production year: 2014 In a world run by the mob, street gangs, drug addicts, and corrupt cops, Lucy (Scarlett Johansson) is a woman living in Taipei, Taiwan who is forced to work as a drug mule for the mob. A drug implanted in her body inadvertently leaks into her system, which allows her to use more than the "normal" 10% of her brain's capacity, thus changing her into a superhuman.[8] As a result, she can absorb information instantaneously, is able to move objects with her mind, and can choose not to feel pain or other discomforts, in addition to other abilities.[5]More info: http://en.unifrance.org/movie/37931/lucy
01h18

"À travers l'univers" (2005) de...

"À travers l’univers" est le troisième volet de ma série cinématographique "Mes villes d’habitation". "À travers l’univers" est un inventaire filmé des 127 rues (dans une première partie) et des 17 places (dans une seconde partie) de la ville de Saint-Marcellin dans l’Isère (France). (Gérard Courant) English I "Through the Universe" is the third section of my cinematic series "Mes Villes d’Habitation" ("My Dwelling Towns"). The film represents the autopsy of Saint-Marcellin, a small village in the Isère Region where I spent my childhood during the 50s. "Through the Universe" displays, in alphabetical order, all the 127 streets and 17 public squares of the town (updated to the period of the shooting, in 2004-2005), all shot following the same rules: in a 20-second-long wide, static, single shot. Every vista is preceded by the sign indicating the name of the street or plaza. (Gérard Courant) English II A cinematographic post mortem of Saint-Marcellin (France Isère) where he lived as a child. (G. C.) English III A sort of analytic geography for memory, Courant’s "A travers l’univers" decided to make an “autopsy” of Saint-Marcellin, a small town in the Isère region where the filmmaker spent his childhood in the 50’s. Half a century after, Courant’s eye captures the French town where he grew up. Perhaps to avoid easy nostalgia, picturesque portraits or being captivated with the small town’s hellish grace Courant creates an almost mathematical method to organize the images: he presents in alphabetic order all the 127 streets and 17 public squares Saint-Marcellin has at the time of the shooting, all of them recorded with a single fixed 20 second shot. The result is a perplex immersion, part spatial documentary part structural film, with as much immediacy as formal rigor. Espanol Como una suerte de geografía analítica de la memoria, con "A travers l’univers", Courant se propuso hacer una “autopsia” de Saint-Marcellin, un pequeño pueblo en la región de Isère...
01h16

Visite officielle avec parade du...

Entre le 17 et le 22 septembre 2013, Gérard Courant a été invité par le FIFIGROT, le Festival International du Film Grolandais de Toulouse (France) pour y montrer quelques-uns de ses "Cinématons". Ce fut pour lui l’occasion de continuer le tournage de ses "Cinématons" et de ses "Carnets filmés" dont il a ramené trois épisodes : "Vive Groland (Journal du FIFIGROT 2013)", "Visite officielle avec parade du Président grolandais Salengro à Toulouse" et La "Cérémonie de clôture du FIFIGROT 2013". Ce deuxième épisode, "Visite officielle avec parade du Président grolandais Salengro à Toulouse" est la parade et le bain de foule présidentiels dans le centre ville. Le cortège est précédé des 18 membres du groupe de percussions Houba et de la compagnie Julotte Casse-croûte et ses Godinettes. Le film est une prouesse technique : il a été tourné en un seul plan-séquence de 1 heure et quart. Le film commence au Donjon du Capitole, puis emprunte la rue du Taur jusqu’à la place Saint-Sernin où la parade se termine par un immense concert gratuit.
01h20

"Lâzward" (2014) by Gérard Courant

En 1980, avec mon modèle Gina Lola Benzina, j’ai tourné "Coeur bleu". Ce film attira l'attention, fut sélectionné dans une section parallèle du Festival de Cannes et connut une petite sortie commerciale en salle. "Coeur bleu" était un ciné-poème à la gloire de la Femme et des quatre éléments de la nature : la terre, le ciel, l’eau et le feu. Tout le film était pensé, conçu et mis en scène à partir de la Femme confrontée à ces éléments. Un tiers de siècle plus tard, j’ai réalisé non pas une suite à "Coeur bleu", mais plutôt une variation ou, pour être plus précis, une transposition de mon film de 1980 : c’est "Lâzward", terminé en 2014. Grâce aux nouvelles possibilités offertes par la technologie du numérique, j’ai transformé les formes réalistes de "Coeur bleu" en formes abstraites et cinétiques de "Lâzward" tout en respectant le rythme et la durée de chaque séquence et de chaque plan du film original. Ce qui était réaliste – ou hyperréaliste – dans "Coeur bleu" (un personnage féminin qui traversait le monde dans un espace de montagnes) est devenu abstrait et cinétique dans "Lâzward". Il n’y a plus de personnage et il n’y a plus de montagne : il y a seulement des couleurs et des formes abstraites qui se font et se défont perpétuellement au rythme des musiques de "Coeur bleu" dont la bande-sonore a été entièrement reprise, à la note près, dans "Lâzward". Au final, "Lâzward" est avant tout une expérience cinétique et psychique alors que Coeur bleu, poème sur la Femme, était essentiellement une expérience sensuelle et mentale. Gérard Courant
01h24

"Sarasvati" (2014) by Gérard Courant

À New York, en 1982, avec mes modèles Kristin Kirkconnel et Doreen Canto, j’avais tourné "She’s a very nice lady". Ce film ne passa pas inaperçu et fut sélectionné dans des sections parallèles aux festivals de Cannes et de Berlin et connut une petite sortie commerciale en salle. "She’s a very nice lady" était un ciné-poème à la gloire d’une star du cinéma : Gene Tierney, personnage noir de mélodrames hollywoodiens en technicolor. Tout le film était pensé, conçu et mis en scène à partir de la représentation de la star Gene Tierney. Un tiers de siècle plus tard, je n’ai pas réalisé une suite à "She’s a very nice lady", mais plutôt une variation ou, pour être plus précis, une transposition de mon film de 1982 : c’est "Sarasvati", terminé en 2014. Grâce aux nouvelles possibilités offertes par la technologie du numérique, j’ai transformé les formes réalistes de "She’s a very nice lady" en formes abstraites et cinétiques de "Sarasvati" tout en respectant le rythme et la durée de chaque séquence et de chaque plan du film original. Ce qui était réaliste – ou hyperréaliste – dans "She’s a very nice lady" (l’image d’une star hollywoodienne auscultée par ma caméra) est devenu abstrait et cinétique dans "Sarasvati". Il n’y a plus de personnages et il n’y a plus de star hollywoodienne : il y a seulement des couleurs et des formes abstraites et cinétiques qui se font et se défont perpétuellement au rythme des musiques de "She’s a very nice lady" dont la bande-sonore a été entièrement reprise, à la note près, dans "Sarasvati". Au bout du compte, "Sarasvati" est avant tout une expérience cinéthique et psychique alors que "She’s a very nice lady", poème sur la représentation de la star hollywoodienne, était essentiellement une expérience sensuelle et mentale. Gérard Courant
01h42

"vive Groland (journal Du Fifigrot...

Entre le 17 et le 22 septembre 2013, Gérard Courant a été invité par le FIFIGROT, le Festival International du Film Grolandais de Toulouse (France) pour y montrer quelques-uns de ses "Cinématons". Ce fut pour lui l’occasion de continuer le tournage de ses "Cinématons" et de ses "Carnets filmés" dont il a ramené trois épisodes : "Vive Groland (Journal du FIFIGROT 2013)", Visite officielle avec parade du Président grolandais Salengro à Toulouse et La Cérémonie de clôture du FIFIGROT. Dans ce premier épisode, "Vive Groland (Journal du FIFIGROT 2013)", Gérard Courant a filmé : -La soirée "Cinématon" à la cave poésie présentée par le cinéaste, écrivain et historien du cinéma Jean-Pierre Bouyxou. -L’après-projection arrosée dans un bar de la rue du Taur. -Le Capitole et les abords de la Garonne. -La cour de la Cinémathèque de Toulouse. -Quelques scènes de la vie quotidienne d’un festival de cinéma (repas, discussions passionnées entre festivaliers). -La conférence de presse du FIFIGROT. -Un portrait de Candy Ming, l’ambassadrice virtuelle transnationale du Groland dans la nuit de Toulouse. -Au marché Victor Hugo, le bon Président Grolandais Christophe Salengro à la rencontre de la France qui se lève tard. -La place du Capitole.
01h33

"la Cérémonie De Clôture Du Fifigrot...

Entre le 17 et le 22 septembre 2013, Gérard Courant a été invité par le FIFIGROT, le Festival International du Film Grolandais de Toulouse (France) pour y montrer quelques-uns de ses "Cinématons". Ce fut pour lui l’occasion de continuer le tournage de ses "Cinématons" et de ses "Carnets filmés" dont il a ramené trois épisodes : "Vive Groland (Journal du FIFIGROT 2013)", "Visite officielle avec parade du Président grolandais Salengro à Toulouse" et "La Cérémonie de clôture du FIFIGROT". Dans ce troisième épisode, "La Cérémonie de clôture du FIFIGROT 2013", Gérard Courant a filmé : -L’entrée du cinéma ABC, théâtre de la cérémonie de remise des prix du FIFIGROT. -La cérémonie elle-même avec Benoît Delépine, en maître de cérémonie et Christophe Salengro en perturbateur. -Le présentation d’Albert Dupontel, président du jury du FIFIGROT. -À la demande d’Albert Dupontel et de Benoît Delépine, un tournage en direct par Gérard Courant d’un immense "Portrait de groupe" des spectateurs du cinéma ABC. -La projection de 5 "Cinématons" de Gérard Courant réalisés pendant le FIFIGROT : ceux de Christophe Salengro, Benoît Delépine, Jiho, Willis from Tunis et Candy Ming. -La remise des différents prix du FIFIGROT. -Un concert. -Le mariage et la remise du passeport du Groland à Zoé et Héloïse, le premier couple lesbien officiellement marié à Toulouse. -Le discours de Renaud Fréchin, le Président de l’association organisatrice du Festival, -L’intervention du jury étudiant de l’ESAV, quatre étudiantes poitrines nues en hommage aux Femen. -La lecture par chaque membre du jury (Noël Godin, Jean-Pierre Bouxyou, Jackie Berroyer, Patrick Raynal, Ovidie, Frédéric Brézian) + Christophe Salengro, Benoît Delépine et Isabelle Wéry de poèmes de Candy Ming, l’ambassadrice virtuelle transnationale du Groland.
02:18

Avis à chaud : Les Gardiens de la...

Avis à chaud : Les Gardiens de la Galaxie Critique vidéo enregistrée à chaud après la projection du film de James Gunn Détails et infos sur www.cloneweb.net